• Home
  • Presse
  • All
  • Les besoins des familles les plus précaires n’ont fait que s’accentuer mais nous souhaitons rester à leurs côtés

Les besoins des familles les plus précaires n’ont fait que s’accentuer mais nous souhaitons rester à leurs côtés

‘Nous n’avons pas pu cesser nos activités, nous les avons au contraire multipliées. Nos actions se sont réorientées essentiellement sur les besoins fondamentaux en alimentation, produits d’hygiène et en produits de soin pour la petite enfance.’

Posted 04 juin 2020

Nous n’avons pas pu cesser nos activités, nous les avons au contraire multipliées. Nous sommes intervenus auprès d’hôtels plus nombreux et auprès de bidonvilles où nous n’avions pas l’habitude d’aller. Par contre, nos actions se sont réorientées essentiellement sur les besoins fondamentaux en alimentation et des besoins également en matériel, en produits d’hygiène et en produits de soin pour la petite enfance.

Bonjour, je suis Laurent Ott, je suis le Directeur du centre Social Intermèdes Robinson dans le sud de la région parisienne, dans le département de l’Essonne et qui intervient sur les villes de Chilly Mazarin, Longjumeau, Massy, Epinay, Champlan.

Notre structure est un centre social. Cela veut dire que son but, son objectif est de répondre à l’ensemble des besoins des familles, des enfants et en particulier en situation de grande précarité.

Nous avons la particularité de travailler directement auprès des familles et des enfants les plus précaires, c’est-à-dire ceux qui ont le plus de difficultés d’accès aux logements, à l’éducation, à la santé.

Nous travaillons en particulier dans les hôtels sociaux où sont hébergées les familles à la rue mais également dans les bidonvilles, les squats et les quartiers prioritaires dans notre environnement.

Nos actions s’étendent dans tous les domaines avec une forte influence et connotation pour tout ce qui est éducatif, social et sanitaire.

Nous travaillons également beaucoup sur la question de l’alimentation et de son rapport avec le bien-être à la fois pour des enfants dans les familles, pour les familles et la santé.

Depuis le début de l’épisode du COVID-19, depuis le confinement, depuis la situation en France qui est particulièrement préoccupante, nous nous sommes retrouvés dans l’obligation de rester au contact des familles et des enfants avec lesquels nous étions en lien.

 

Comment faites-vous face à l'épidémie actuelle du Covid-19?

Notre équipe a été très mobilisée, doublement. A la fois pour des activités de récolte mais aussi pour des activités de distribution, de tri, de stockage, d’accueil , de relation avec les enfants et les familles.

Nous avons travaillé dans cette perspective de la continuité. Nous savons que nous allons continuer à rester en lien avec les familles, en lien avec ces enfants au-delà de l’épisode.

 

Que constatez-vous parmi les personnes que vous aidez?

 Aujourd’hui, nous sommes en période de déconfinement mais nous observons que les besoins des familles restent les mêmes. Nos familles et les parents en particulier ont souvent perdu des prestations et des droits aux prestations.

Beaucoup n’ont pas pu travailler, beaucoup n’ont pas pu bénéficier d’aides et de soutiens financiers parce que leur travail n’était pas un travail officiel ou déclaré. Nous nous retrouvons avec des familles qui sont dans des situations de pauvreté encore plus alarmantes et encore plus difficiles que d’habitude.  Par ailleurs les enfants ont beaucoup souffert du confinement, ils se sont retrouvés extrêmement renfermés et aujourd’hui nous sentons qu’ils ont un grand besoin de soutien, un grand besoin d’accompagnement vers des situations et des possibilités d’éveil, d’orientation et d’éducation.

 

Comment décririez-vous le besoin principal pour vous et pour les bénéficiaires?

Nos besoins aujourd’hui sont donc importants, nous recherchons toujours des besoins à la fois, des produits de première nécessité, de l’alimentation mais également nous recherchons aussi des outils technologiques. Nous recherchons aujourd’hui encore des tablettes, des ordinateurs et du matériel scolaire pour pouvoir justement accompagner les enfants dans cette reprise éducative.

Avec The Human Safety Net (THSN) Generali, nous avons pu bénéficier de dons importants en matière de produits d’hygiène, de produits de petite enfance mais également une aide pour acquérir des tablettes et du matériel informatique.

Nous allons poursuivre dans cette voie car nous sentons que les besoins des populations et des familles les plus précaires n’ont fait que s’accentuer mais nous souhaitons rester à leurs côtés. 

Réseaux sociaux